CELINE DELYSSE
28 Sep, 2018

L’insolence du succès : Pour calmer le jeu, Netflix ouvre un bureau à Paris

Avec l’ouverture d’un bureau parisien, Netflix montre ses ambitions en France, où le service est présent depuis trois ans.

L’insolence du succès et la suprématie de Netflix lui attire bien des opposants. Pour calmer le jeu, le PDG Reed Hasting a annoncé que Netflix aura un bureau en France d’une vingtaine de personnes à partir de 2019. Avec cette présence, l’entreprise américaine cherche à donner des gages à un marché à l’importance croissante : on ne pourra plus dire que le leader de la vidéo en ligne par abonnement dans le monde – et en France – n’a pas un seul employé dans l’Hexagone. « En tant qu’entreprise, nous essayons de grandir et de devenir de meilleurs citoyens européens et français », a assuré le fondateur de la plate-forme née en Californie. Avec ce signe de bonne volonté, Netflix montre ses ambitions en France, où le service fête son troisième anniversaire, bien que, sur le fond, ses concessions soient limitées.

L’installation du bureau français est symbolique : tout le secteur se rappelle que Netflix, lors de son arrivée fin 2015, avait déjà ouvert une toute petite antenne, constituée de deux ou trois employés chargés du marketing et des relations presse. Mais ce bureau avait rapidement été fermé et tous les salariés français rassemblés au siège européen à Amsterdam : ce retrait, symbolique du refus d’intégrer le système de réglementation audiovisuelle français, n’avait fait que renforcer l’hostilité du milieu audiovisuel et politique hexagonal. La suite dans Le Monde

28 Sep, 2018

Le cas du Levothyrox pose la question du champ d’application du secret des affaires à la santé publique

Les Jours, Médiapart, le Monde,… La presse accumule les articles et les accusations à l’égard de l’agence du médicament. Il ne s’agit plus cette fois d’un problème de communication mais bien d’un fait plus grave qui lui serait repproché.

L’ANSM aurait empêché la transmission d’informations sur la provenance du principe actif du Levothyrox, dont la nouvelle formule est au cœur d’une polémique. Ce seriat alors la première application connue de la loi sur le secret des affaires, définitivement validée par le Conseil constitutionnel en juillet. Jeudi 27 septembre, le site d’information Les Jours a révélé que l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) avait censuré partiellement une copie de l’autorisation de mise sur le marché du Levothyrox, ce médicament controversé fabriqué par le groupe pharmaceutique allemand Merck. La demande de transmission de ce document public avait été effectuée par Me Emmanuel Ludot, avocat de plusieurs malades de la tyroïde, victimes d’effets secondaires importants depuis la mise sur le marché de la nouvelle formule du Levothyrox

Secret des affaires

Si la transmission de ce document par l’ANSM est obligatoire, en vertu du code des relations entre le public et l’administration, celle-ci a utilisé la loi sur le secret des affaires, entrée en vigueur cet été, afin de caviarder certains passages de l’autorisation de mise sur le marché. Et non des moindres : impossible de lire les informations concernant le lieu de production et le nom de l’entreprise qui fabrique le principe actif de la nouvelle formule du Levothyrox.

La suite dans le Monde et à mon avis ce n’est pas la fin….

28 Sep, 2018

En Martinique, la pollution au chlordécone qualifiée de fruit d’une époque désormais révolue, d’un aveuglement collectif (…) sera reconnue en tant que maladie professionelle

Dans le Monde ce jour, Pas question de faire l’impasse. Alors que l’arrivée du cyclone Kirk a bouleversé le programme de sa visite de quatre jours aux Antilles – les rassemblements en public ont été interdits par le préfet –, Emmanuel Macron n’a pas souhaité sacrifier la séquence consacrée au chlordécone, un pesticide toxique utilisé durant plus de vingt ans dans les bananeraies et qui a pollué pour des siècles les sols de la Guadeloupe et de la Martinique. Arrivé tard, la veille, de New York, où il participait à l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU), le chef de l’Etat s’est rendu, jeudi 27 septembre, dans une ferme maraîchère de Morne-Rouge, une commune martiniquaise au pied de la montagne Pelée, où il s’est notamment entretenu avec des agriculteurs.

« La pollution au chlordécone est un scandale environnemental, a reconnu Emmanuel Macron après une courte visite sous des averses. C’est le fruit d’une époque désormais révolue, (…) d’un aveuglement collectif. » Accompagné de la ministre de la santé, Agnès Buzyn, le président de la République a annoncé l’ouverture d’une procédure permettant de reconnaître l’exposition au chlordécone comme maladie professionnelle. « L’Etat doit prendre sa part de responsabilité », a-t-il dit.

Concrètement, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) devront rendre d’ici à mars 2019 un rapport permettant de dire à partir de quel niveau d’exposition les ouvriers agricoles qui furent employés dans les bananeraies pourront être pris en charge et indemnisés. Ensuite, les partenaires sociaux devront s’accorder sur les modalités et notamment sur le niveau de cette prise en charge. « On ouvre un processus de reconnaissance », a plaidé M. Macron.

Par ailleurs, il a annoncé une augmentation du budget consacré aux contrôles des aliments produits sur des terrains contaminés au chlordécone. Celui-ci sera porté à 3 millions d’euros d’ici à 2020, contre 2,1 millions d’euros actuellement.

En revanche, le locataire de l’Elysée a fermé la porte à l’hypothèse d’une indemnisation générale de la population antillaise, qui a été très largement exposée à la molécule. « Si je disais qu’on va indemniser tout le monde, c’est impossible même budgétairement et ce serait irresponsable », a-t-il déclaré. De la même façon, il s’est refusé à reconnaître le lien de cause à effet entre l’exposition au chlordécone et l’explosion du nombre de cancers de la prostate en Guadeloupe et en Martinique. « Il n’y a pas aujourd’hui de preuve scientifique établie », a-t-il dit, tout en ajoutant dans un « en même temps » acrobatique : « Ce qui est établi, c’est que ce n’est pas bon. »



30 Août, 2018

L’eau contaminée devient une priorité pour le CDC qui compte 200 millions de cas de gastroentérites chaque année

The CDC wants to study water contamination in a new way

There are an estimated 200 million cases of acute gastrointestinal illness in the U.S. each year, but there isn’t reliable data to nail down how often that’s tied to tainted drinking water. Now, the CDC is hoping to dig up U.S. data with a proposed new study of what happens when water pressure drops — like when a water main breaks — and whether that can lead to contamination that can make people sick. Studies in Norway and Sweden have linked drops in water pressure to an increased risk of gastrointestinal illness. The proposed cohort study would survey households across the U.S. about water use and health issues. The idea is open for public comment until Oct. 29.

30 Août, 2018

La Californie développe une politique en faveur du changement climatique qui pourrait s’avérer un modèle pour le monde

On late Tuesday, the California Assembly passed a bill requiring 100 percent of the state’s electricity to come from carbon-free sources by the end of 2045. This puts one of the world’s most aggressive clean-energy policies on track for the governor’s desk.
Movin’ on up: The new bill also moves up the state’s earlier time line to reach 50 percent renewables from 2030 to 2026. But notably, California regulators have said the state’s major utilities could reach that milestone as early as 2020. This underscores the rapid pace at which the energy transformation has unfolded since the state put its renewable standards in place in 2002.
The testing grounds: California is acting as a test bed for what’s technically achievable, providing a massive market for the rollout of clean-energy technologies and building a body of knowledge that other states and nations can leverage, says energy economist Severin Borenstein. “We are showing that you can operate a grid with high levels of intermittent renewables,” he says. “That’s something that can be exported to the rest of the world.

6 Août, 2018

More people sickened in outbreak linked to salads (cyclospora dans la salade)

Du Cyclospora dans les salades : The number of people sickened in an outbreak linked to salads sold at McDonald’s restaurants continues to climb. The CDC says 395 people in 15 states have fallen ill with cyclosporiasis, an intestinal illness caused by contaminated food. There have been 16 hospitalizations and no reported deaths. McDonald’s says it has replaced its salad supplier in the affected states. The FDA analyzed an unopened package of Fresh Express salad mix with romaine and carrots — the type distributed at McDonald’s — and confirmed it contained Cyclospora. Now, the agency is looking into the distribution and supplier information to try to pinpoint the source. The FDA says there’s no evidence so far that the outbreak is linked to another Cyclospora outbreak tied to Del Monte vegetable trays. ( Source Stat’s )