Le groupe Carrefour dispose désormais du système de stockage et de vérification de données afin de fournir aux consommateurs une meilleure traçabilité des produits. Un dispositif déjà utilisé pour les crypto-monnaies mais qui est une première dans la grande distribution. La blockchain est de nouveau sur le devant de la scène. Ce système informatique était déjà derrière le bitcoin, le solarCoin (la crypto-monnaie du photovoltaïque) et même l’échange de données de santé. Le voilà désormais au cœur de la traçabilité alimentaire. Mardi 6 mars 2018, le groupe Carrefour a annoncé dans un communiqué de presse le lancement de la première blockchain alimentaire d’Europe. Objectif : fournir au consommateur des informations relatives à toutes les étapes du parcours du produit. Sciences & Avenir a testé le dispositif sur l’unique filière qui propose ce dispositif : un poulet fermier d’Auvergne jaune filière qualité Carrefour.

Blockchain, quésaco ?

La blockchain est un système informatique de stockage de données. Rien à voir pourtant avec les espaces de Cloud classiques où l’on stocke nos photos et vidéos, puisqu’il n’existe pas de serveur central. Les utilisateurs peuvent échanger des données sans organe de contrôle et sans intermédiaire. Le nom « blockchain » décrit l’organisation du dispositif : les données sont regroupées en petits blocs, eux-mêmes reliés en chaîne. Chaque bloc contient, en plus de ses données, certaines concernant le bloc qui le précède et celui qui le suit. L’intérêt de cette configuration ? Pour manipuler les informations d’un bloc, il faut modifier celles de ses voisins, et donc celles des voisins des voisins… Le système est réputé infalsifiable.

Des poulets et des blocs

Dans le cas du poulet de grande distribution, le système blockchain permet à chaque partenaire de renseigner ses données. La suite Par Nina SCHRETR le 12.03.2018 à 15h44

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *